Archives du mot-clef Solidarité et Progrés

Des élus municipaux français et allemands s’engagent contre l’austérité et pour couper les banques en deux !

lundi 12 août 2013 par Solidarité et Progrés

Une première ! 12 élus municipaux français et allemands se sont réunis à Arzviller en Moselle samedi 10 août pour s’engager là où nos dirigeants ont échoué. Ils ont adopté une déclaration commune appelant au combat contre la finance au delà des convictions partisanes et au nom des générations futures.

« Nous autres, maires et élus français et allemands, réunis ce samedi 10 août à Arzviller (Moselle), dans l’esprit du Traité de l’Elysée en son cinquantième anniversaire, déplorons la défaillance de nos dirigeants, incapables d’affronter une oligarchie financière qui promeut le démantèlement social, bafoue nos souverainetés nationales et impose une politique menant à la dépopulation à l’échelle mondiale.

Dans nos communes, nous ressentons chaque jour les conséquences de cette défaillance. Les recettes fiscales s’effondrent et les services publics vitaux ne sont plus assurés. Le scandale que constituent la manipulation internationale du LIBOR et les emprunts toxiques frauduleux imposés par les banques, qui frappent de nombreuses communes en Allemagne et en France, n’est que la partie émergée de l’iceberg. Un changement de cap est nécessaire pour protéger l’intérêt général et nos peuples.

Nous sommes particulièrement scandalisés par les nouvelles lois bancaires adoptées à l’échelle de l’Europe, de l’Allemagne et de la France, qui permettent aux spéculations sans frein de continuer, accompagnées de politiques d’austérité de plus en plus criminelles. Nous ne voulons pas que les mêmes causes ayant produit les monstres des années trente du XXe siècle en produisent de pires aujourd’hui ! Nous sommes déterminés à arrêter la machine infernale.

Nous considérons que la première mesure à prendre est de couper les banques en deux, pour empêcher les criminels financiers de nuire en se sachant toujours protégés par les Etats. Il s’agit du principe du Glass Steagall Act de Franklin Roosevelt, également mis en oeuvre en Europe après 1945 : la séparation entre spéculation et activité de banque de dépôt et de crédit.

En même temps, pour relancer nos économies, nous appelons à des projets d’investissement massifs et à long terme, fondés sur l’équipement de l’homme et de la nature, de l’Atlantique à la Mer de Chine, par une entente pour le développement mutuel entre nations souveraines. Avec des banques nationales émettant le crédit nécessaire à ce dessein, nous serons en mesure de déterminer nous-mêmes notre avenir.

Nous sommes convaincus que sans ce retour de l’initiative publique, aux niveaux nationaux et régionaux, nous resterons soumis à l’ordre de l’oligarchie financière de la City, de Wall Street et de leurs collaborateurs dans nos pays. Au lieu de cela, nous entendons faire monter ensemble la voix de la justice et de la dignité, et retrouver notre identité de véritables Allemands et Français, patriotes et citoyens du monde.

En clair, cela signifie sortir par le haut du système de l’euro, qui interdit le financement de grands projets par du crédit public et livre les Etats aux grandes banques. Nous voulons un monde délivré de la City et de Wall Street pour que les générations futures puissent vivre, découvrir, créer et mettre en œuvre un développement mutuel. Nous voulons une vraie Europe des peuples !

Il ne s’agit pas d’un engagement relevant de convictions partisanes, de consensus ou de compromis. C’est l’engagement que nous prenons pour l’avenir de nos enfants et petits-enfants et, au-delà, pour l’humanité.

Nous soutenons ardemment ceux qui, aux Etats-Unis, se battent pour la même cause, en espérant que leur succès affermisse ici notre courage. Pour notre part, nous rendrons publique aussi largement que possible notre initiative, sans laisser aucun répit à nos propres responsables. »

 

Pour un retour au Glass-Steagall Act: séparation des banques de dépôt, crédit et investissement!

Le combat pour un Glass-Steagall global se poursuit. Alors qu’à Washington se tient une semaine d’action pour l’adoption de la proposition de loi HR 129 rétablissant la séparation bancaire stricte de Franklin Roosevelt, nous avons fait parvenir notre appel ainsi que la liste des 262 élus et 17 économistes signataires aux principaux députés et sénateurs américains engagés dans cette bataille.

A la Chambre des représentants, Marcy Kaptur (démocrate) et Walter Jones (républicain) ont déjà été rejoints par 59 autres députés pour soutenir la proposition HR 129. Au Sénat, aucun texte de loi n’a encore été déposé. Notre lettre vise donc à leur faire comprendre que la réadoption du Glass-Steagall aux Etats-Unis est un enjeu vital qui sonnerait le clairon de son adoption ici en Europe.

appel-glass-steagall.fr