Archives du mot-clef Philarchein

Marion Sigaut, « Russes errants sans terre promise » ou l’histoire d’un nouvel exil des juifs

Pour sa première conférence de l’année, le CPO a invité l’historienne Marion Sigaut et le philosophe Jacques Philarcheïn. Si le public du CPO connaît déjà ce premier, Marion Sigaut, dont c’est la première apparition en Auvergne, n’est plus à présenter. Sa contre-histoire des Lumières lui a fait gagner un public grandissant, captivé par son talent de conférencière et par la pertinence de son analyse, alliés à un remarquable sens  de la pédagogie qui tranchent avec la narration courante, d’inspiration républicaine, répandue dans les manuels d’histoire.

Le thème de la conférence clermontoise tourne autour de  la migration des juifs soviétiques en Israël (1980-1992), dont elle a observé, au cours des nombreux séjours effectués dans ce pays, les péripéties et la souffrance. Un livre a été consacré à ce phénomène peu connu : Russe errants sans Terre promise (L’Harmattan, 1994 ; KontreKulture, 2012). Un Témoignage dont il ressort que cette migration fut orchestrée pour répondre à des considérations géopolitiques, mises en évidence grâce à l’éclairage apporté tout au long de la conférence.

Jacques Philarcheïn  s’est plié de bonne grâce à la règle du jeu dans les conférences en tandem. Il a posé les questions qui ont permis à Marion Sigaut, par développements successifs, de nous faire comprendre les enjeux politiques et le cynisme qui ont présidé à un tel déplacement de population, devant lesquels les souffrances humaines ne sont que peccadilles.

Cependant, le mot de la fin lui est revenu, occasion de revenir à une thématique qui lui est chère, celle de l’homme-masse et de l’inversion des valeurs. Considérant enfin les frondes sociétales et autres du moment, il a prédit une rupture épistémologique dans la perception que la société française en ses diverses composantes a d’elle-même.

Ahmed Ghlamallah

Ce ne sont pas les musulmans qui m’attaquent en justice mais l’oligarchie mondialiste!

Notre ami et conférencier Jacques Philarcheïn (1) nous a proposé un texte qui s’apparente à une confession, dont l’accent de sincérité nous a touchés. Pour diverses raisons, des sites « résistants » n’ont pas souhaité le publier. Le CPO, qui milite pour la liberté d’expression, le met en ligne avec l’accord de l’auteur.

philarchein 2

De l’eau a vraiment coulé sous le pont depuis 2010. En décembre 2010, je participe à un meeting célèbre nommé les Assises Internationales sur l’Islamisation de nos pays, et j’y prononce un discours contre la bobocratie ambiante, discours qui fustige également l’immigrationnisme échevelé de nos élites, ainsi que sa conséquence factuelle : la poussée de l’islam en France. Quelques mois plus tard, je suis traduit en justice à l’instigation du MRAP, et interrogé courtoisement dans un bureau de la police parisienne. En toute probabilité, je serai jugé en février 2014 par la XVII° chambre correctionnelle du tribunal de Paris. Entre temps, j’avais déposé une plainte pour dénonciation calomnieuse à l’encontre du MRAP : celle-ci n’a jamais abouti. J’avais également déposé une QPC (sorte de procédure de contestation de la loi) : celle-ci n’a pas abouti non plus. Dont acte. Je n’avais, du reste, pas beaucoup d’illusions.

Un déclic s’est produit en moi lorsque j’ai compris que les musulmans ne m’avaient jamais traduit en justice. Ni une association islamique, ni aucun musulman en particulier. Au moment où j’ai été attaqué en justice, Mouloud Aounit, président historique, peut-être musulman (je dirais plutôt : communiste) du MRAP, avait déjà quitté la direction de l’association. La personne nominalement à l’instigation de la plainte est Bernadette Hétier, l’actuelle présidente du MRAP. Bref : les musulmans, dans cette affaire de « provocation à la haine » contre les musulmans, je ne les ai jamais vus. Du reste, en consultant des sites musulmans francophones sur le Net, je me suis aperçu qu’on n’y parlait pratiquement jamais de moi. Ainsi, au regard de l’islam, je n’existe en quelque sorte pas, et mes propos aux Assises semblent avoir été reçus avec une grande indifférence. Et pourtant, je suis poursuivi pour « islamophobie », quand bien même celle-ci, d’ailleurs, ne constituerait pas un délit. Lire la suite

Pourquoi j’approuve l’islam eschatologique et le Sheikh Imran Hosein

Philosophe conférencier, Jacques Philarcheïn, a soumis un texte  à divers blogs et bulletins de la mouvance « résistante-dissidente », qui l’ont estimé impubliable. Censure qui ne dit pas son nom que le  CPO considère inacceptable…

Publié le 2 octobre 2013 par Jacques Philarcheïn

 

Le Lecteur me pardonnera, une fois encore, je l’espère, un entrefilet, qui parle surtout de moi, avec le narcissisme philosophique que cela comporte. La plupart des lecteurs savent que ma philosophie personnelle (je sais : le moi est haïssable, disait Pascal) s’inscrit désormais bien plutôt dans la veine du conspirationnisme et du mondialo-criticisme que dans celle de la simple islamophobie républicaine, mondialo-maçonnique et laïcarde. Je n’aime pas me contenter de slogans convenus et vides, comme je l’ai rappelé maintes fois.

A cet égard, je tiens à souligner les faits suivants : Lire la suite