Bienvenue en France euro-régionalisée !

carte régionales  2015

Les élections du 13 décembre 2015 ont acté un changement de régime ! La France, Une et Indivisible, cède donc la place à une France euro-régionalisée, une France en voie de fédéralisation selon le désir de Bruxelles et pour le plus grand bonheur du TAFTA et des multinationales…

Les français qui ont voté pour les listes en présence aux premier et second tours, ont voté sans savoir de quoi il était question, ignorant la portée réelle des réformes territoriales dites « acte III de la décentralisation » : un bouleversement de l’ordre administratif datant de plus de deux siècles, avec la disparition programmée des communes et des départements, l’abandon par l’Etat de toute politique économique confiée aux régions et métropoles, tout cela aurait pour le moins mérité un référendum comme le fit le Général De Gaulle en 1969…

Pour en arriver à cette situation, les institutions et les esprits ont été bien préparés depuis 1982, avec notamment en 2003 la modification de l’article 1 de la constitution intégrant le caractère « décentralisé » de la République, puis en 2005 la suppression du commissariat au plan.

Certes les conséquences ne seront pas immédiatement manifestes. Mais le processus de démantèlement est bel et bien lancé par la volonté des partis maastrichtiens mais aussi par la complicité des partis « souverainistes ».

Nous avons mené campagne pour dénoncer ces réformes mortifères, de manière non partisane, en appelant au vote blanc aux deux tours, vote blanc qui atteint 1,6% des inscrits au 2ème tour. Lire la suite

Voter n’est pas jouer !

élection régionale

Surtout quand les règles sont ignorées et la donne truquée…

Nous avons toujours indiqué que fédéralisme européen et le régionalisme étaient les deux ennemis de l’Etat-nation.

Cette élection « régionale » revêt une importance cruciale comparable à celle du référendum de 2005 sur le TCE.

Qui parmi les candidats a dénoncé les réformes mises en place depuis 2014, réformes qui organisent la fin de la République et le démantèlement de la France ?

Qui parmi les candidats a demandé l’abrogation de la loi NOTRe et MAPTAM ? Ne cherchez pas  aucuns, même parmi ceux qui se revendiquent souverainistes et patriotes…

Une élection qui bouleverse l’ordre administratif établi depuis deux siècles, sans véritable concertation des élus et encore moins des citoyens, n’aurait-elle pas mérité un référendum ? Lire la suite

APPEL AUX ELUS DE LA REPUBLIQUE !

élus république

Lettre transmise à tous les députés et sénateurs le 28 novembre 2015

Mesdames et messieurs les élus de la nation française, dans cette période troublée ou l’insécurité sociale se dispute à l’insécurité terroriste et ou nous sommes en « Etat d’urgence », période ou le débat démocratique n’est plus possible, les rassemblements ou réunions publiques interdites, les syndicats, associations ou partis politiques privés de leur expression, il est impératif de reporter sine die toute élection et toute réforme et ce pour toute la période ou nous serons sous une sorte de « loi martiale ».

Nous vous demandons donc à vous, élus du peuple, d’assurer le bon fonctionnement de la démocratie et d’agir pour repousser élections et réformes, et particulièrement les réformes qui touchent à l’organisation de notre territoire et à notre modèle social, à la fin de « l’état d’urgence ».

Nous pensons qu’une partie de notre peuple pourrait estimer, légitimement, dans le cas contraire, que nous avons à faire à une sorte de coup d’état et que notre nation n’est plus la grande démocratie qu’elle se revendique être.

Nous avons confiance dans les élus de notre nation, représentants élus de notre Peuple, et attendons d’eux qu’ils fassent respecter la démocratie dans notre pays.

Attendant de lire vos prises de positions en réponse à notre appel, recevez, mesdames et messieurs les élus de la République Française, nos respectueuses salutations républicaines et citoyennes.

Rassemblement du Peuple Souverain                                                                                        

pour une France Indépendante Et une République Sociale.

Rps.fiers@gmail.com

0678030990

Elections régionales de 2015, le grand dérèglement politique!

on l'a dans le cul

Les français ne savent pas pour quoi ils vont voter !

Et les partis ne vont pas leur expliquer car soit ils n’ont pas compris la portée de ces réformes territoriales et c’est grave, soit ils les ont comprises et les soutiennent…Dans tous les cas leurs participations cautionnent le démantèlement de la France à travers les euro régions. A peine 10% des français leur font confiance, mais ils tiendront les places et le pouvoir…on peut donc dire que les partis politiques ont volé la souveraineté de la Nation.

Comment les électeurs peuvent-ils se comporter?

Il y a ceux qui votent pour les partis du PIF (partis institutionnalisés de France) pour des raisons clientélistes, idéologiques droite/gauche, voire xénophobes et qui continueront à regarder le doigt…

Et puis il y a ceux qui de toute façon s’en fichent de la politique, le slogan « tous pourris » bien pratique pour ne faire aucun effort de compréhension et d’investissement; ils représentent en général 15% du corps électoral.

Et enfin il y a ceux qui sont encore guidés par une conscience politique, patriotes, démocrates et progressistes, mais qui rejettent le PIF :

-certains vont encore l’utiliser par défaut pour exprimer leur colère ou dépit en votant FN,

-d’autres s’abstiendront de manière active, d’autres voteront blanc!

Cette 3ème catégorie forme une large majorité de citoyens qui résistent, espèrent et regardent vers la lune… A tous ceux qui s’y reconnaitront, il est temps de mettre nos mains à la pâte pour faire lever ensemble tous ces ferments de résistance afin de changer d’ère Politique et « rebâtir la France » au service des français et de l’humanité.

Thierry Delbos

Report des élections régionales !

élections

Nous demandons l’ajournement des élections régionales en raison de l’état d’urgence qui a été décrété à la suite des attentats du 13 novembre qui ont plongé notre pays en  « état de guerre » comme le déclarent Mrs Hollande et Valls.

Si des mesures nécessaires à la sécurité intérieure du pays et des citoyens doivent être prises immédiatement, elles entraînent «par précaution» des restrictions aux libertés publiques dont celles de manifestations, de réunions, de rassemblements. Le débat politique, le militantisme ne peuvent se dérouler sereinement dans cette ambiance sécuritaire.

De plus, l’unité nationale invoquée et nécessaire face au péril du terrorisme salafiste qui s’attaque maintenant à la France, ne manquera pas d’être fissurée par les intérêts partisans !

Le report des élections des 6 et 13 décembre n’est certainement pas un signe de faiblesse mais une décision qui permet de concentrer nos forces sur l’essentiel! Mr Valls, certaines batailles peuvent attendre …

Les loups sont entrés dans Paris…

Les loups sont de nouveau entrés dans Paris… Hommage aux victimes, soutien aux blessés et aux familles endeuillées ce 13 novembre 2015.

Il n’est plus temps de jouer au CHARLIE, nous sommes en guerre contre un ennemi que nous avons créé, soutenu et developpé…le chaos va s’installer et nous ne pourrons compter sur ceux qui nous ont mis dans cette merde pour nous en sortir… Que les hommes et femmes partageant Honneur,Honnêteté et Humanisme se tiennent prêts à se rassembler…

Vivent la France et la République!

Des Provinces d’Ancien Régime aux Régions de la République

Des 39 Provinces d’Ancien Régime aux 22 régions métropolitaines de 2014.

En 1789, ces provinces furent supprimées et le territoire français divisé en 83 départements. La particularité française est que le fait régional est lié au fait national.

Les province étaient
En effet, après la Révolution française, la Nation s’est substituée au Roi mais l’État français a conservé sa structure centralisatrice.

De plus, le département est devenu l’échelon rationnel de la mise en œuvre des politiques publiques, institution mise en place par les lois des 15 janvier et 16 février 1790 dont le découpage a été fait sous l’influence de Mirabeau, prenant en compte des particularismes locaux mais non l’identité régionale de peur de faire renaître les pays d’État et d’Élections de l’Ancien Régime…

Les décrets des 16 janvier et 26 février 1790 fixent l’étendue, le nom et l’organisation administrative des 83 départements :
Les 83 départements créés en 1790 l’ont été dans un soucis d’égalité « de taille ». La carte fut dessinée de façon à ce que l’on puisse se rendre dans la ville du chef lieu (ville regroupant les services administratifs) en une journée de cheval.

Les revendications régionalistes sont, en effet, réapparues vers la fin du XIXe siècle à travers Frédéric Mistral et le Félibrige prônant une identité de langue et de culture occitane dans la littérature. Influençant des courants politiques très divers, des monarchistes aux Félibres Rouges en passant par des socialistes modérés tel Jean Jaurès et les soutiens très divers à la Révolte des vignerons de 1907, ce courant reste néanmoins dominé par des courants contre-révolutionnaires.

Selon le professeur Daniel Seiler « dès que le transfert de souveraineté passe au Parlement et surtout à la Nation, la périphérie ressent sa différence et s’accroche à l’ordre antérieur ». Ces références constituèrent le terreau idéologique de la défense des identités régionales dans le cadre d’un renouveau national et royaliste portée par l’Action française de Charles Maurras au début du XXe siècle…

La Régionalisation selon le Général de Gaulle

Gaulle00151

http://fresques.ina.fr/de-gaulle/liste/recherche/discours%2011%20mars%201969/s#sort/-pertinence-/direction/DESC/page/1/size/10

Extrait du discours du Général de Gaulle du 11 mars 1969 sur la participation, la création des régions et la transformation du Sénat.

« que la PARTICIPATION prenne place là où se détermine la vie des français, sur ce sujet capital, il est proposé tout en gardant nos communes et nos départements d’organiser notre pays en régions qui seront en général nos anciennes provinces mises au plan moderne, ayant assez d’étendue, de ressources, de population, pour prendre leur part à elles dans l’ensemble de l’effort national, d’introduire auprès des élus dans le conseil ou chacun traitera de ses propres affaires, les représentants des catégories économiques et sociales, d’en faire ainsi localement des centres nouveaux de l’initiative et de la coopération et les ressorts du développement; il est proposé en même temps de rénover le Sénat réduit à un rôle de plus en plus accessoire afin qu’il devienne un cadre ou travailleront en commun des sénateurs élus par les conseils locaux et d’autres, délégués par les branches d’activités, saisi en premier pour tout projet de loi… »

Le Général aurait-il pu penser que 45 ans plus tard son projet initial allait conduire à la fin de la République et à la fédéralisation de la France ? Ce n’était évidemment pas son but mais force est de constater que les réformes et lois territoriales « dites acte III de la décentralisation » souhaitées par Hollande :

- bouleversent le cadre administratif qui régit notre pays depuis plus de deux siècles sans aucune consultation des élus encore moins de la population,

- privent les citoyens d’une démocratie de proximité par la disparition programmée des communes et départements au profit de la montée en puissance des métropoles et super-régions,

- conduisent au délitement de la République par la fin de l’égalité de traitement des citoyens et à la fédéralisation de la France, selon un schéma dicté par l’Union Européenne (recommandations de l’UE  juin 2014 concernant «le programme national de réforme de la France pour 2014.)

Le but étant de livrer davantage les citoyens et les territoires au pouvoir de la finance mondialisée…

L’administration territoriale de la république actuelle n’est pas un exemple de clarté voire d’efficacité et on peut même dire que la « confusion » est sa caractéristique majeure…Mais avec ce qui est proposé nous franchissons un palier important vers « totale pétaudière ! »

Pour preuve, le mille-feuille n’est pas simplifié  car une strate est rajoutée par les Métropoles (13) instituées par la loi MAPTAM de janvier 2014 ! La loi chercherait nous dit-on à renforcer et les communes rurales et les départements… tout en prévoyant de les supprimer à brève échéance : « totale hypocrisie ! »

Les grands féodaux n’ont pas trop de souci à se faire il y aura bien de la place pour tous : 13 régions plus 13 métropoles égalent le nombre de présidents de régions actuels ! Mais déjà une lutte de pouvoir se profile : quid des régions ou des métropoles ?

L’exemple assez caricatural du département du Rhône : Lyon siège d’un futur ex-département issu de 1790, siège de la métropole englobant les deux tiers de ce département et siège de la Métropole…

Les « euros régions » auront un pouvoir réglementaire accru (gérer pôle emploi, instituer un SMIC régional, mettre en place une sécu régionale,…) et pourront souffler à l’oreille du gouvernement les mesures qui leur vont bien pour accroître la compétitivité économique et la « totale concurrence ! » franco-française. Elles peuvent déjà depuis janvier 2014 aller chercher directement les fonds « européens » auprès de Bruxelles : « total lobbying, totale corruption ! »

Bref le retour aux féodalités combattues pendant des siècles par  la République et la Royauté!

Conscient de ce qui attend notre pays,  nous le dénonçons et exigeons l’abrogation de la loi NOTRe et cette contre-réforme scélérate et anticonstitutionnelle !

Nous avons pris l’initiative de lancer une pétition nationale, citoyenne et non partisane :

http://www.petitionduweb.com/Petition-non-l-acte-iii—abrogation-de-la-loi-notre-1003247.html

« MA COMMUNE, MON DEPARTEMENT, LA FRANCE! », pour éclairer les français sur cette nouvelle forfaiture de nos représentants qui renforce la soumission des citoyens et des territoires à l’Union européenne et aux multinationales en particulier étasuniennes (traités CETA et TAFTA).

Cette pétition n’est pas une fin en soi car nous mènerons campagne pour les élections régionales de 2015 (et au delà) , non pas pour être élu dans des assemblées dont nous dénions légitimité et pouvoirs, mais pour appeler à voter BLANC aux deux tours de cette élection.

Ni complices, ni passifs, le BLANC sera la couleur du refus de voir disparaître la France et du rassemblement pour que vivent une France Indépendante et la République Sociale

C’est aussi l’occasion d’expérimenter une forme d’engagement politique en rassemblant les citoyens par la base et tenter de relancer la dynamique populaire du NON de 2005 ;  le rendez-vous de 2017 est essentiel, il faut le préparer afin de reconquérir la souveraineté politique, monétaire, militaire de la France en sortant de l’UE, de l’euro et de l’OTAN !

Rassemblement du peuple souverain pour une France Indépendante et une République Sociale.

Thierry Delbos.

Pétition pour l’abrogation de la loi NOTRe (qui ne l’est pas d’ailleurs…)

euro régions

http://www.petitionduweb.com/Petition-non-l-acte-iii—abrogation-de-la-loi-notre-1003247.html

Les lois votées depuis janvier 2014 dans le cadre de la réforme territoriale  « dite acte III de la décentralisation » bouleversent le cadre administratif qui régit notre pays depuis plus de deux siècles sans débat, sans consultation des élus (pourtant prévus) et encore moins des citoyens!

La loi NOTRE du 7 août 2015 prive les citoyens d’une démocratie de proximité par la disparition programmée des communes et départements au profit de la montée en puissance des métropoles et super-régions. Au final ces lois conduisent au délitement de la République par la fin de l’égalité de traitement des citoyens et à la fédéralisation de la France, selon un schéma dicté par l’Union Européenne, le but étant de livrer davantage les citoyens et les territoires au pouvoir des multinationales en particulier étasuniennes (traités CETA et TAFTA) …

drapeau original

Cette pétition n’est pas une fin en soi, nous dénonçons cette loi scélérate et anticonstitutionnelle, et exigerons son abrogation lors de la campagne électorale des élections régionales de décembre 2015 que nous mènerons pour éclairer les français sur cette nouvelle forfaiture de nos représentants et ses conséquences; nous appellerons à voter BLANC, couleur du refus de voir disparaître nos Communes, nos Départements et la France !

Sans mobilisation de nos élus et de nos concitoyens ces disparitions seront inéluctables…

Ce sera aussi l’occasion d’expérimenter une forme d’engagement politique en rassemblant les citoyens par la base et tenter de relancer la dynamique populaire du NON de 2005 afin de reconquérir la souveraineté politique, monétaire, militaire de la France en sortant de l’UE, de l’euro et de l’OTAN !

Rassemblement du Peuple Souverain pour une France indépendante et une République sociale ! 

contact: regionales2015macommune@gmail.com

Thierry Delbos