Voter n’est pas jouer !

élection régionale

Surtout quand les règles sont ignorées et la donne truquée…

Nous avons toujours indiqué que fédéralisme européen et le régionalisme étaient les deux ennemis de l’Etat-nation.

Cette élection « régionale » revêt une importance cruciale comparable à celle du référendum de 2005 sur le TCE.

Qui parmi les candidats a dénoncé les réformes mises en place depuis 2014, réformes qui organisent la fin de la République et le démantèlement de la France ?

Qui parmi les candidats a demandé l’abrogation de la loi NOTRe et MAPTAM ? Ne cherchez pas  aucuns, même parmi ceux qui se revendiquent souverainistes et patriotes…

Une élection qui bouleverse l’ordre administratif établi depuis deux siècles, sans véritable concertation des élus et encore moins des citoyens, n’aurait-elle pas mérité un référendum ?

N’aurait-elle pas méritait d’être reportée en raison de « l’état d’urgence »  qui limite les libertés publiques et l’expression démocratique ?  Nous avons été une poignée à demander son report car cette élection ne revêtait aucun caractère d’urgence hormis celui de complaire aux dictats de Bruxelles …

Une majorité d’électeurs s’est abstenue pour la plupart dans une attitude de rejet du système.

Si 90%  des français ne font pas confiance aux partis politiques traditionnels ceux-ci continuent malgré tout à spolier la souveraineté du peuple ! Il est donc temps de remettre la Politique au service des citoyens et de repenser notre démocratie. A noter que « le parti du Blanc » se classe au 6éme rang, représentant 1,2% des inscrits…

Au  deuxième tour je voterai dans la même logique qu’au premier afin de dénoncer et de ne surtout pas cautionner cette nouvelle forfaiture du gouvernement Hollande contre la République et l’unité de la France : Non aux eurorégions, non aux réformes dites « acte III de la décentralisation », ni complice, ni passif, ni front républicain ni national, vote BLANC !

Thierry Delbos