Archives mensuelles : décembre 2013

Une Autre Europe est-elle possible ?

Vidéoconférence de Maxime Forner, jeudi 21 novembre 2013

Avec les prochaines élections européennes, les programmes politiques désireux de « changer l’Europe » vont pleuvoir. Maxime Forner, membre du CPO et par ailleurs militant de l’UPR,  a animé une vidéoconférence, au café des Augustes, devant une quinzaine de personnes. Sa présentation fut  suivie d’un débat sur la question de « l’Autre Europe », selon ce qu’en disent les principaux partis politiques français en leur programme, et ce depuis des décennies.

Dans la première partie de la conférence, le mode de fonctionnement de  l’Union Européenne et les pouvoirs souverains  délégués à l’UE par les Etats membres ont été présentés. Des exemples frappants ont illustré la primauté de  l’UE  dans les décisions politiques française, au détriment de l’intérêt national. Un aspect a particulièrement retenu l’attention des auditeurs : le fait que les institutions européennes ne permettent pas au parlement européen de légiférer ni même de proposer des textes de loi. Cela signifie que les partis politiques ne peuvent, en réalité et d’aucune manière, changer quoique ce soit à cette UE. C’est pourtant ce qu’ils prétendent vouloir faire et ce qu’ils écrivent dans leur programme. Des exemples parlants, choisis dans les programmes de l’UMP, du PS, du FN, du FdG et de DLR  ont illustré cette imposture.

La conclusion coule de source : tous les partis politiques présentés se moquent de l’intelligence de leurs électeurs et, plus généralement, de tous les Français. La seule solution qui permette réellement de changer l’Europe, selon l’UPR, est de sortir  de l’UE. Pour cela, l’article 50 du TFUE (Traité sur le fonctionnement  de l’UE) définit la procédure à suivre. L’UPR milite pour que cet article soit connu  et préconise la sortie de la France de L’UE conformément aux dispositions spécifiées dans cet article.

Le débat qui s’en suivit a notamment porté sur les conséquences pour la France de sortir de l’UE et d’abandonner l’euro.

Athènes, berceau de la démocratie, 1er décembre 2013.

Photo : Athènes, berceau de la démocratie, 1er décembre 2013.</p>
<p>Lors du week-end des 30 novembre et 1er décembre 2013, des mouvements populaires et des économistes de tous les pays d’Europe et d’autres nations, ont tenu une réunion qui a connu un grand succès. La réunion a été organisée à l’initiative du Front unitaire populaire de Grèce (EPAM) sur les thèmes suivants : la dette, la monnaie nationale et la démocratie. Dès le premier jour de la conférence, il était clair que tous les participants avaient des idées communes permettant de construire une coopération étroite sur les questions suivantes :</p>
<p>1.- La dette a été imposée par les banques à travers l’euro qui emprisonne les nations et asservit les peuples.<br />
2.- Quitter l’euro et rétablir les monnaies nationales est une condition de base pour reconquérir l’indépendance et mener des politiques de plein-emploi.<br />
3.- Il faut quitter l’Union européenne dans les conditions précisées par l’article 50 du traité sur l’Union européenne.<br />
4.- La démocratie apparait comme un enjeu majeur dans un environnement politique européen où les gouvernements de l’eurozone – et avant tout les élites de ces pays – imposent des politiques menant l’Europe à un nouveau système féodal dirigé par les marchés contre les intérêts des peuples.<br />
L’euro, comme les autres unions monétaires, s’effondrera tôt ou tard. Plus vite chaque pays quittera l’euro et mieux ce sera.<br />
Le dilemme auquel font face les peuples d’Europe est le suivant : ou la dictature des marchés, ou la démocratie et une économie basée sur les besoins des peuples.</p>
<p>La réunion a conclu ses travaux sur des perspectives ambitieuses :<br />
a)- L’importante réunion de deux jours qui s’est tenue à Athènes marque le début d’une coopération stable et active entre les mouvements qui y ont pris part, dans le cadre du respect mutuel de l’identité nationale de chacun.<br />
b)- Cette réunion est le commencement de la libération des peuples d’Europe, qui ont le droit de bâtir leur propre démocratie et leur propre économie.<br />
c)- Les participants, bien qu’ils représentent des mouvements démocratiques, subissent l’omerta de tous les grands médias. Cependant, ils observent dans chaque pays que les mêmes grands médias donnent une large place aux partis d’extrême droite, organisant ainsi la confusion chez les citoyens en associant la nécessité de sortir de l’euro avec l’idéologie d’extrême droite.<br />
d)- Tous les participants à cette réunion internationale se sont engagés à intensifier leurs efforts et à accroître le nombre de mouvements – dans toute l’Europe et dans le monde – selon les étapes décrites lors de la réunion d’Athènes.</p>
<p>Signé par :<br />
1.- Alza Il Pugno /Eurotruffa (Soulevez votre poing/ Eurotruffa) – Italie.<br />
2.- Asociación Democracia Real Ya (Association démocratie réelle maintenant) – Espagne.<br />
3.- Campaign for an Independent Britain (Campagne pour une Grande-Bretagne indépendante) – Grande-Bretagne.<br />
4.- Economia Per I Cittadini (EPIC – L’économie pour les citoyens) – Italie.<br />
5.- EPAM (Front unitaire populaire) – Grèce.<br />
6.- IPU (Parti de l’indépendance) – Finlande.<br />
7.- Mouvement Politique d’Émancipation Populaire (MPEP) – France.<br />
8.- National Platform (Plateforme nationale) – Irlande.<br />
9.- Per Il Bene Comune (Pour le bien commun) – Italie.<br />
10.- Union populaire républicaine (UPR) – France.

Lors du week-end des 30 novembre et 1er décembre 2013, des mouvements populaires et des économistes de tous les pays d’Europe et d’autres nations, ont tenu une réunion qui a connu un grand succès. La réunion a été organisée à l’initiative du Front unitaire populaire de Grèce (EPAM) sur les thèmes suivants : la dette, la monnaie nationale et la démocratie. Dès le premier jour de la conférence, il était clair que tous les participants avaient des idées communes permettant de construire une coopération étroite sur les questions suivantes :

1.- La dette a été imposée par les banques à travers l’euro qui emprisonne les nations et asservit les peuples.
2.- Quitter l’euro et rétablir les monnaies nationales est une condition de base pour reconquérir l’indépendance et mener des politiques de plein-emploi.
3.- Il faut quitter l’Union européenne dans les conditions précisées par l’article 50 du traité sur l’Union européenne.
4.- La démocratie apparaît comme un enjeu majeur dans un environnement politique européen où les gouvernements de l’eurozone – et avant tout les élites de ces pays – imposent des politiques menant l’Europe à un nouveau système féodal dirigé par les marchés contre les intérêts des peuples.

L’euro, comme les autres unions monétaires, s’effondrera tôt ou tard. Plus vite chaque pays quittera l’euro et mieux ce sera.
Le dilemme auquel font face les peuples d’Europe est le suivant : ou la dictature des marchés, ou la démocratie et une économie basée sur les besoins des peuples.

La réunion a conclu ses travaux sur des perspectives ambitieuses :

a)- L’importante réunion de deux jours qui s’est tenue à Athènes marque le début d’une coopération stable et active entre les mouvements qui y ont pris part, dans le cadre du respect mutuel de l’identité nationale de chacun.
b)- Cette réunion est le commencement de la libération des peuples d’Europe, qui ont le droit de bâtir leur propre démocratie et leur propre économie.
c)- Les participants, bien qu’ils représentent des mouvements démocratiques, subissent l’omerta de tous les grands médias. Cependant, ils observent dans chaque pays que les mêmes grands médias donnent une large place aux partis d’extrême droite, organisant ainsi la confusion chez les citoyens en associant la nécessité de sortir de l’euro avec l’idéologie d’extrême droite.
d)- Tous les participants à cette réunion internationale se sont engagés à intensifier leurs efforts et à accroître le nombre de mouvements – dans toute l’Europe et dans le monde – selon les étapes décrites lors de la réunion d’Athènes.

Signé par :
1.- Alza Il Pugno /Eurotruffa (Soulevez votre poing/ Eurotruffa) – Italie.
2.- Asociación Democracia Real Ya (Association démocratie réelle maintenant) – Espagne.
3.- Campaign for an Independent Britain (Campagne pour une Grande-Bretagne indépendante) – Grande-Bretagne.
4.- Economia Per I Cittadini (EPIC – L’économie pour les citoyens) – Italie.
5.- EPAM (Front unitaire populaire) – Grèce.
6.- IPU (Parti de l’indépendance) – Finlande.
7.- Mouvement Politique d’Émancipation Populaire (MPEP) – France.
8.- National Platform (Plateforme nationale) – Irlande.
9.- Per Il Bene Comune (Pour le bien commun) – Italie.
10.- Union populaire républicaine (UPR) – France.