Archives mensuelles : juillet 2013

14 juillet!

La fête nationale française a été instituée en 1880, en référence au 14 juillet 1789, date de la prise de la Bastille, jour symbolique entraînant la fin de l’absolutisme et des privilèges, et celle du 14 juillet 1790, jour d’union nationale lors de la Fête de la Fédération.

En cette année 2013 qui ne constate pas qu’une caste de privilégiés s’est reconstituée, caste qui ne craint pas la crise !

Cette caste aux ordres de Bruxelles et de ses lobbys engage la France dans une « Union transatlantique » dont les citoyens n’ont jamais débattu, s’apprête à liquider les retraites par répartition, intronise honteusement l’anglais comme langue officielle des universités, et voudrait substituer l’Europe des Länder à la « République une et indivisible » héritée de la Révolution (Acte III de la « décentralisation »)

Alors il est temps pour tous les patriotes de passer à l’offensive sur la base des principes éternels du CNR : souveraineté du Peuple, indépendance nationale, coopération internationale, antifascisme et antiracisme, progrès social, nationalisation des monopoles et des banques stratégiques.

Pas de salut sans la sortie de l’euro, arme de la finance contre l’emploi industriel, les services publics et notre modèle social !

Pas de salut sans la sortie de l’UE, prison des peuples dirigée par l’Axe Washington-Berlin !

Pas de salut sans la sortie de l’OTAN, alliance impérialiste et funeste pour la souveraineté des peuples !

Sans se laisser abuser par une MLP peu crédible, du fait de sa filiation et de son ambiguïté libérale, il est impératif de refuser de faire front avec l’UMPS et autres écolo qui détruisent la France au nom de l’idéologie mondialiste dont la construction européenne est un puissant moteur!

A l’approche d’une élection européenne où une abstention record marquera le dégoût croissant des peuples à l’encontre de l’UE, l’élection au « parlement  européen » offrira l’occasion aux patriotes, communistes, gaullistes et progressistes de France de dénoncer la dictature de Bruxelles alliée du Big Brother US !

Bon défilé !

Quelle internationale ?

Le blog de Bertrand Renouvin

par Bertrand Renouvin

Nous avons souvent dit, à l’intention de l’extrême droite, que la nation devait être défendue contre le nationalisme. Il nous faut aussi souligner que l’internationale doit être pensée et construite contre le vieil internationalisme des socialistes et des communistes, qui subsiste dans la gauche d’aujourd’hui. La Deuxième Internationale a éclaté lorsque les partis socialistes ont voté, en 1914, les crédits de guerre. La Troisième Internationale a été dissoute par Staline en 1943 parce qu’il fallait mener contre l’Allemagne une guerre patriotique.

L’internationalisme des partis a cédé devant les réalités nationales. Cet échec n’a pas été assumé par la gauche, qui a reporté sur l’Europe des traités sa nostalgie des avant-guerres et fabriqué une mythologie pauvre du « dépassement » des nations. Oubliant que les Internationales socialiste et communiste invoquaient la solidarité ouvrière, le Parti socialiste a pactisé avec les idéologues du marché et les artisans du capitalisme financier tandis que la Gauche socialiste, animée par d’anciens partisans de la Quatrième Internationale trotskyste, tenait le discours du fédéralisme européen. La soumission des hollandistes aux organes européens est manifeste mais il faut aussi dénoncer le Front de gauche qui continue de plaider pour une « monnaie unique » de plus en plus destructrice des hommes et des sociétés. Lire la suite

Dépréciation ou dissolution de l’euro?

Par Jacques Sapir le 6 juillet 2013

sapir-asi

Commentaire suite au débat sur l’avenir de l’Euro que j’ai eu avec Jean-Luc Mélenchon le 4 juillet sur Arrêt sur Images.

La thèse d’une possible dépréciation de l’Euro a toujours des partisans en Europe. Il est vrai que sur le papier elle combine les avantages d’une dévaluation (dont on reconnaît de plus en plus la nécessité[1]) et de la conservation de l’Euro (auquel beaucoup ont un attachement que je juge irrationnel). Il est exact que des mesures établies par l’INSEE ont, depuis longtemps, établies qu’un réévaluation de l’Euro avait des effets négatifs pour l’économie française[2]. Une étude de NATIXIS analysait ce scénario au début de 2012[3].

Dépréciation de l’Euro et taux d’intégration des pays de la zone Euro

Il faut d’abord préciser comment cela se ferait. Admettons que la Banque Centrale Européenne se décide à racheter plus du tiers de la dette italienne, espagnole et portugaise. On atteindrait voire dépasserait les 1000 milliards d’euros alors injectés dans l’économie, ce qui pourrait provoquer un choc initial. Si la BCE s’engageait à racheter des euro-bonds (en admettant que ces derniers puissent être émis) pour un montant de 400 à 500 milliards par an pour une période de 3 à 5 ans, on peut supposer que cela aurait un effet négatif sur le taux de change de l’Euro par rapport aux autres monnaies et en premier lieu au Dollar des Etats-Unis. Il reste que l’on voit mal tant la BCE que les gouvernements allemands, autrichiens et finlandais accepter une telle solution. Lire la suite

Le marché transatlantique, cimetière des nations

marche-transatlantique

par Pierre Hillard , Docteur en science politique et essayiste. Le 4 juillet 2013

Après l’annonce par le président Obama, en février 2013, du lancement d’un marché transatlantique, les événements se sont accélérés les 17-18 juin lors de la réunion du G8 en Irlande du Nord. Avant de rentrer à Washington, le président américain a fait un détour, comme par hasard… à Berlin afin de régler avec la chancelière Merkel les derniers points permettant l’assujettissement du Vieux Continent aux financiers de Wall Street. La France n’oppose plus de résistance. Lire la suite

SYRIE: une défaite de l’imperialisme qui ridiculise la diplomatie française

impérialisme

Par PRCF le 4 juillet 2013

Tout porte à croire que la prise de Al-Qousseïr par l’Armée arabe syrienne a représenté début juin un événement comparable à la bataille de Cuito-Carnavale qui scella le sort de l’Apartheid voici 25 ans.Comme dans toute guerre civile, cette victoire n’a pas que des causes militaires.

Il n’y a pas aujourd’hui d’alternative crédible au pouvoir syrien qui soit de nature à garantir la quasi-intégrité du territoire de ce pays (sous réserve d’une partie qui demeure occupée par Israël) et la coexistence pacifique des populations qui le composent. La contre-révolution à l’Est et les programme d’ajustement n’ont pas annihilé la capacité de résistance de certains Etats et des peuples du « tiers-monde ». Sur le plan militaire, la page d’histoire ouverte voici près de 60 ans par la chute de Dien Bien Phu n’est pas encore refermée. On ne saurait assez le souligner !

Pour les impérialistes, le parti Baas n’était pas assez soumis aux multinationales Lire la suite

La « Cultural Exception » et le « Speak White »

par l’A.FR.AV association Francophonie Avenir

Il se joue actuellement, dans notre dos, le sort de l’indépendance linguistique de la France et de l’Europe. En effet, sans trop savoir qui en est à l’origine, mais certainement pas les peuples d’Europe, il s’est lancé l’idée, qu’au niveau européen, il fallait créer une sorte de marché commun avec les États-Unis d’Amérique (Accord transatlantique UE-ÉUA).

Il va de soi que si l’Europe entrait dans un tel marché, il en serait fini de son indépendance politique, économique, culturelle et linguistique. Lire la suite