Archives pour la catégorie Non classé

Où vais-je, où cours-je, dans quel Etat j’erre….

clairon tv

Le burn out Français et nos résignations

J’ai atteint un tel niveau d’exaspération politique que j’ai l’impression d’être au bord du burn out. Chaque jour je prends directement dans le ventre la honteuse réalité. Je vis dans un pays malade de partout, avec à sa tête des petits français, élus par la magie de tous nos renoncements, assis sur leurs privilèges, vidant les caisses à tour de rôle et à tours de bras sous nos yeux ébahis, se moquant allègrement de nos conversations et de nos avis, s’octroyant des primes, des salaires, des taux, des toits et des avantages généreux, inventant des lois scélérates sous la panique, chantant la Marseillaise au Congrès de Versailles, la larme à l’oeil entre deux mises en examen, désertant leur poste à l’Assemblée, démissionnant de leurs ministères pour retrouver leur mairie, profitant de leur poste, les yeux dans les yeux, pour placer l’oseille au frais, écrivant des livres de promesses malodorantes, courant de plateaux en plateaux pour déverser leurs éléments de langage, vidant le langage de tous ses éléments, bafouant la vérité au profit du profit, mentant le mardi pour se repentir le jeudi et se représenter le dimanche, la gueule enfarinée, rasant gratis et sans état d’âme, bénis par leurs camarades de promotion, coudes à coudes, soudés, calés dans les dorures, au son de la trompette républicaine lustrée par notre impôt massif et note dette souveraine.

J’ai la nausée, elle est là et elle ne me quitte plus, elle s’intensifie.

Je cherche des traces de l’intérêt général, je ne le trouve pas. Il a été noyé sous les partis, les syndicats, les associations, les lobbies, les groupes, les intérêts particuliers, les privilèges des uns qui font les bénéfices des autres. Le blocage est total, les verrous sont rouillés et les flambeurs continuent de parader devant six millions de chômeurs, une école qui se délite, une santé attardée, un indice de bonheur qui s’écroule au 29ème rang derrière le Qatar et une consommation d’anti dépresseurs qui fait le délice de nos laboratoires, eux aussi bien placés dans la course aux bien placés. Je dégueule ma peine et je pisse dans un violon. Comme vous. Français impuissant à qui l’on fait croire tous les cinq ans qu’ils ont leur destin en main, comme des veaux qu’on mène à l’abattoir en leur caressant le flanc sous une musique douce pour faciliter l’anesthésie. Cinq ans à nous déchirer pendant qu’une petite bande de petits français joue avec nos vies, nos économies, nos rêves de bonheur simple et de paix sociale. De temps en temps ils nous filent un os à ronger, qui d’un mariage pour tous, qui d’une loi de renseignement, qui d’une déchéance ou d’une indignité, et nous sautons dessus comme prévu, en bons petits soldats. Ils nous divisent à l’intérieur de nos familles, à l’heure où nous devrions plus que jamais nous aimer. Je suis écoeuré et perdu, silencieux, tétanisé par le sentiment d’impuissance. Les gens comme moi n’appartiennent à aucun intérêt particulier, hors celui de vivre bien ensemble, sans se déchirer, sans se méfier les uns des autres, tranquillement vivants sans faire de vague. Mais ça ne se passe plus comme ça… Cet hiver, l’un des nôtres est mort à trois cents mètres de l’Elysée. Je dis bien l’un des nôtres. Un membre du village, un cousin de cousin, certainement. On l’a laissé crever comme un rat aux pieds du Palais. Sans domicile. Pendant ce temps-là l’Élu assistait à des matchs de rugby et commémorait les chrysanthèmes, s’asseyait sur l’Histoire pour laisser une trace, de frein. Je n’en veux plus, de ces simulacres d’un temps passé et révolu.
Je ne veux plus d’un homme qui dit « moi je », il est temps que nous disions Nous.Aucune raison morale, technique et même de bon sens, qu’un seul homme du haut de ses petits arrangements entre amis, puisse décider d’envoyer le pays dans la guerre, et même de nommer la guerre, sans que nous, NOUS, ayons dit qu’il le pouvait. Aucune raison de modifier notre constitution sur l’autel de la peur. Aucune raison de prendre seul des responsabilités plus grande que lui. Sommes-nous donc fous d’oublier sans cesse, de fermer les yeux, comme ces femmes battues qui voudraient fuir mais ne le peuvent pas, prisonnières d’une peur qui les paralyse ? Si peu de choix entre l’incompétence, la malhonnêteté et la résignation ? Nous irons bientôt, en 2017, comme des moutons sous morphine, choisir entre trois personnages, glissant dans l’urne le nom d’un comédien, maquillé, média-trainé, porté par des intérêts qui nous sont étrangers. Le goût des jeux, même sans le pain, nous donnera quelques temps notre dose d’adrénaline et comblera notre sens du débat. Le lendemain, les trois quarts de la population auront la gueule de bois et retourneront tête baissée vaquer à leurs espoirs corrompus, jusqu’en 2022.

J’ai perdu le goût de ce cirque. Le pays est au bord du burn out et à la fin de cet article, je ne sais toujours pas ce que je peux faire. Cercle vicieux et vertigineux. Ce qui me fait peur, c’est ma propre résignation et cette colère stérile qui ne fait qu’engendrer de la colère stérile. À quel moment la somme de ces colères pourra-t-elle produire un son commun, un premier pas vers une remise au goût du jour de notre dignité ?

Terrorisme et révision de la Constitution: fébrilité fait loi ?

protection nation

Face à la situation d’effroi créée par les attentats du 13 novembre 2015, le gouvernement devait montrer qu’il était à la hauteur…

L’état d’urgence fut décrété immédiatement puis prolongé dans la foulée par le Parlement.

Et un projet de loi constitutionnelle de « protection de la Nation » a été déposé à l’Assemblée nationale le 23 décembre 2015, projet qui ne comporte que deux articles:

http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl3381.asp

Son premier article qui concerne l’état d’urgence insère un article 36-1 dans la Constitution.

Il n’est pas inutile de rappeler ici les trois dispositifs d’exception restreignant les libertés:

De par la constitution :

-article 16: les pleins pouvoirs du Président de la République, mise en œuvre une seule fois lors du putsch des généraux d’Alger (du 23 avril au 29 septembre 1961),

-article 36: l’état de siège ou loi martiale

et de par la loi :

-Loi n°55-385 du 3 avril 1955 qui définit l’état d’urgence, mis en œuvre lors des émeutes de 2005

Il ne paraît donc pas incohérent de constitutionnaliser l’état d’urgence, ce qui permettrait d’instituer une gradation des mesures d’exception adaptées à la nature et l’intensité des crises.

En cela cette disposition n’a rien « d’inquiétant » pour la  démocratie sachant que le Parlement reste le seul compétent pour proroger l’état d’urgence et pour voter la loi comprenant les outils renouvelés qui peuvent être mis en œuvre durant l’application de l’état d’urgence. La question qui se pose est finalement de savoir si nous sommes vraiment en démocratie… Lire la suite

Voter n’est pas jouer !

élection régionale

Surtout quand les règles sont ignorées et la donne truquée…

Nous avons toujours indiqué que fédéralisme européen et le régionalisme étaient les deux ennemis de l’Etat-nation.

Cette élection « régionale » revêt une importance cruciale comparable à celle du référendum de 2005 sur le TCE.

Qui parmi les candidats a dénoncé les réformes mises en place depuis 2014, réformes qui organisent la fin de la République et le démantèlement de la France ?

Qui parmi les candidats a demandé l’abrogation de la loi NOTRe et MAPTAM ? Ne cherchez pas  aucuns, même parmi ceux qui se revendiquent souverainistes et patriotes…

Une élection qui bouleverse l’ordre administratif établi depuis deux siècles, sans véritable concertation des élus et encore moins des citoyens, n’aurait-elle pas mérité un référendum ? Lire la suite

Report des élections régionales !

élections

Nous demandons l’ajournement des élections régionales en raison de l’état d’urgence qui a été décrété à la suite des attentats du 13 novembre qui ont plongé notre pays en  « état de guerre » comme le déclarent Mrs Hollande et Valls.

Si des mesures nécessaires à la sécurité intérieure du pays et des citoyens doivent être prises immédiatement, elles entraînent «par précaution» des restrictions aux libertés publiques dont celles de manifestations, de réunions, de rassemblements. Le débat politique, le militantisme ne peuvent se dérouler sereinement dans cette ambiance sécuritaire.

De plus, l’unité nationale invoquée et nécessaire face au péril du terrorisme salafiste qui s’attaque maintenant à la France, ne manquera pas d’être fissurée par les intérêts partisans !

Le report des élections des 6 et 13 décembre n’est certainement pas un signe de faiblesse mais une décision qui permet de concentrer nos forces sur l’essentiel! Mr Valls, certaines batailles peuvent attendre …

Les loups sont entrés dans Paris…

Les loups sont de nouveau entrés dans Paris… Hommage aux victimes, soutien aux blessés et aux familles endeuillées ce 13 novembre 2015.

Il n’est plus temps de jouer au CHARLIE, nous sommes en guerre contre un ennemi que nous avons créé, soutenu et developpé…le chaos va s’installer et nous ne pourrons compter sur ceux qui nous ont mis dans cette merde pour nous en sortir… Que les hommes et femmes partageant Honneur,Honnêteté et Humanisme se tiennent prêts à se rassembler…

Vivent la France et la République!

La Régionalisation selon le Général de Gaulle

Gaulle00151

http://fresques.ina.fr/de-gaulle/liste/recherche/discours%2011%20mars%201969/s#sort/-pertinence-/direction/DESC/page/1/size/10

Extrait du discours du Général de Gaulle du 11 mars 1969 sur la participation, la création des régions et la transformation du Sénat.

« que la PARTICIPATION prenne place là où se détermine la vie des français, sur ce sujet capital, il est proposé tout en gardant nos communes et nos départements d’organiser notre pays en régions qui seront en général nos anciennes provinces mises au plan moderne, ayant assez d’étendue, de ressources, de population, pour prendre leur part à elles dans l’ensemble de l’effort national, d’introduire auprès des élus dans le conseil ou chacun traitera de ses propres affaires, les représentants des catégories économiques et sociales, d’en faire ainsi localement des centres nouveaux de l’initiative et de la coopération et les ressorts du développement; il est proposé en même temps de rénover le Sénat réduit à un rôle de plus en plus accessoire afin qu’il devienne un cadre ou travailleront en commun des sénateurs élus par les conseils locaux et d’autres, délégués par les branches d’activités, saisi en premier pour tout projet de loi… »

Le Général aurait-il pu penser que 45 ans plus tard son projet initial allait conduire à la fin de la République et à la fédéralisation de la France ? Ce n’était évidemment pas son but mais force est de constater que les réformes et lois territoriales « dites acte III de la décentralisation » souhaitées par Hollande :

- bouleversent le cadre administratif qui régit notre pays depuis plus de deux siècles sans aucune consultation des élus encore moins de la population,

- privent les citoyens d’une démocratie de proximité par la disparition programmée des communes et départements au profit de la montée en puissance des métropoles et super-régions,

- conduisent au délitement de la République par la fin de l’égalité de traitement des citoyens et à la fédéralisation de la France, selon un schéma dicté par l’Union Européenne (recommandations de l’UE  juin 2014 concernant «le programme national de réforme de la France pour 2014.)

Le but étant de livrer davantage les citoyens et les territoires au pouvoir de la finance mondialisée…

L’administration territoriale de la république actuelle n’est pas un exemple de clarté voire d’efficacité et on peut même dire que la « confusion » est sa caractéristique majeure…Mais avec ce qui est proposé nous franchissons un palier important vers « totale pétaudière ! »

Pour preuve, le mille-feuille n’est pas simplifié  car une strate est rajoutée par les Métropoles (13) instituées par la loi MAPTAM de janvier 2014 ! La loi chercherait nous dit-on à renforcer et les communes rurales et les départements… tout en prévoyant de les supprimer à brève échéance : « totale hypocrisie ! »

Les grands féodaux n’ont pas trop de souci à se faire il y aura bien de la place pour tous : 13 régions plus 13 métropoles égalent le nombre de présidents de régions actuels ! Mais déjà une lutte de pouvoir se profile : quid des régions ou des métropoles ?

L’exemple assez caricatural du département du Rhône : Lyon siège d’un futur ex-département issu de 1790, siège de la métropole englobant les deux tiers de ce département et siège de la Métropole…

Les « euros régions » auront un pouvoir réglementaire accru (gérer pôle emploi, instituer un SMIC régional, mettre en place une sécu régionale,…) et pourront souffler à l’oreille du gouvernement les mesures qui leur vont bien pour accroître la compétitivité économique et la « totale concurrence ! » franco-française. Elles peuvent déjà depuis janvier 2014 aller chercher directement les fonds « européens » auprès de Bruxelles : « total lobbying, totale corruption ! »

Bref le retour aux féodalités combattues pendant des siècles par  la République et la Royauté!

Conscient de ce qui attend notre pays,  nous le dénonçons et exigeons l’abrogation de la loi NOTRe et cette contre-réforme scélérate et anticonstitutionnelle !

Nous avons pris l’initiative de lancer une pétition nationale, citoyenne et non partisane :

http://www.petitionduweb.com/Petition-non-l-acte-iii—abrogation-de-la-loi-notre-1003247.html

« MA COMMUNE, MON DEPARTEMENT, LA FRANCE! », pour éclairer les français sur cette nouvelle forfaiture de nos représentants qui renforce la soumission des citoyens et des territoires à l’Union européenne et aux multinationales en particulier étasuniennes (traités CETA et TAFTA).

Cette pétition n’est pas une fin en soi car nous mènerons campagne pour les élections régionales de 2015 (et au delà) , non pas pour être élu dans des assemblées dont nous dénions légitimité et pouvoirs, mais pour appeler à voter BLANC aux deux tours de cette élection.

Ni complices, ni passifs, le BLANC sera la couleur du refus de voir disparaître la France et du rassemblement pour que vivent une France Indépendante et la République Sociale

C’est aussi l’occasion d’expérimenter une forme d’engagement politique en rassemblant les citoyens par la base et tenter de relancer la dynamique populaire du NON de 2005 ;  le rendez-vous de 2017 est essentiel, il faut le préparer afin de reconquérir la souveraineté politique, monétaire, militaire de la France en sortant de l’UE, de l’euro et de l’OTAN !

Rassemblement du peuple souverain pour une France Indépendante et une République Sociale.

Thierry Delbos.

Pétition pour l’abrogation de la loi NOTRe (qui ne l’est pas d’ailleurs…)

euro régions

http://www.petitionduweb.com/Petition-non-l-acte-iii—abrogation-de-la-loi-notre-1003247.html

Les lois votées depuis janvier 2014 dans le cadre de la réforme territoriale  « dite acte III de la décentralisation » bouleversent le cadre administratif qui régit notre pays depuis plus de deux siècles sans débat, sans consultation des élus (pourtant prévus) et encore moins des citoyens!

La loi NOTRE du 7 août 2015 prive les citoyens d’une démocratie de proximité par la disparition programmée des communes et départements au profit de la montée en puissance des métropoles et super-régions. Au final ces lois conduisent au délitement de la République par la fin de l’égalité de traitement des citoyens et à la fédéralisation de la France, selon un schéma dicté par l’Union Européenne, le but étant de livrer davantage les citoyens et les territoires au pouvoir des multinationales en particulier étasuniennes (traités CETA et TAFTA) …

drapeau original

Cette pétition n’est pas une fin en soi, nous dénonçons cette loi scélérate et anticonstitutionnelle, et exigerons son abrogation lors de la campagne électorale des élections régionales de décembre 2015 que nous mènerons pour éclairer les français sur cette nouvelle forfaiture de nos représentants et ses conséquences; nous appellerons à voter BLANC, couleur du refus de voir disparaître nos Communes, nos Départements et la France !

Sans mobilisation de nos élus et de nos concitoyens ces disparitions seront inéluctables…

Ce sera aussi l’occasion d’expérimenter une forme d’engagement politique en rassemblant les citoyens par la base et tenter de relancer la dynamique populaire du NON de 2005 afin de reconquérir la souveraineté politique, monétaire, militaire de la France en sortant de l’UE, de l’euro et de l’OTAN !

Rassemblement du Peuple Souverain pour une France indépendante et une République sociale ! 

contact: regionales2015macommune@gmail.com

Thierry Delbos

Fusion des Régions ou la dislocation de l’Etat-nation!

Appel-pour-une-Auvergne-Démocratique-et-contre-la-fusion-des-régions

contact: fusionregions@laposte.net

Un grand merci à toutes les personnes qui ont répondu présent  à l’invitation du MPEP et  du Cercle des Patriotes Optimistes à Clermont-Ferrand, ce 29 mai 2015,  date du 10 ème anniversaire du NON au TCE (Traité constitutionnel européen).

Se sont ainsi rencontrés des citoyens, des représentants  d’associations, de  syndicats, de partis politiques, dont les analyses convergent sur la trahison consommée des élites politiques de droite comme de gauche.  C’est en 2008 que le Congrès a permis la ratification du Traite de Lisbonne et son inscription dans notre Constitution.  Les  Français qui n’ont jamais accepté cette forfaiture, sont toujours plus nombreux  à rejeter l’Union européenne qui interdit à chaque état de l’Union de mener une  autre politique.

Reconquérir nos souverainetés nationales et populaires bafouées reste un objectif politique majeur pour la maitrise de notre avenir. A cet effet, la sortie des institutions de l’Union européenne  et  de l’OTAN doit devenir prioritaire.

Se pose alors  la question de savoir s’il est encore  possible de relancer la dynamique qui s’était créée en 2005 : une réponse peut se trouver dans le refus de la nouvelle réforme territoriale.

Déjà un appel (ci-joint) a été lancé par un collectif citoyen pour « une Auvergne démocratique et contre la fusion des régions Auvergne et Rhône-Alpes ».  Pour  éviter  qu’aucun espace  géographique ne soit absorbé par un autre et que les régions n’entrent en concurrence entre elles,  l’unicité de la République doit être préservée par la défense des communes  et des départements.

La réforme territoriale (la régionalisation, la métropolisation  et les euro-régions)  signe d’abord la soumission des territoires et des hommes à l’Union européenne, puis  la destruction programmée de notre Etat-nation et de ses solidarités.  A terme, la France disparaîtrait conformément à la volonté de Bruxelles et de Washington.

Les conditions de la dynamique de la victoire de 2005 sont là : les élections régionales de décembre 2015 doivent être le lieu et le moment pour rejeter cette réforme territoriale scélérate. C’est le moment de récupérer la souveraineté nationale et populaire. La forme reste encore à déterminer : participation, boycott participatif, …

Il est donc urgent de relayer de telles initiatives partout en France, pour que ce mouvement de coalition s’amplifie et devienne national!

10 ans après la victoire du NON au TCE

10 ans du NON

 

« 10 ans après la victoire du NON au TCE, quid de la démocratie, de la République et de la souveraineté nationale ? »

Le vendredi 29 mai 2015 à 18h30

CENTRE  RICHEPIN – Salle N°4

CLERMONT-FERRAND

Rappelez-vous 2005 : les Français prennent conscience que le traité constitutionnel européen (TCE) est un véritable piège qui n’a pour but que d’empêcher les états de choisir et de mener toute autre politique, le 29 mai 2005, le peuple  dit NON!

Mais en 2008, véritable coup d’état en France : le Traité de Lisbonne (clone du TCE)  est voté par le congrès, faisant voler en éclats le choix démocratique des Français !

Dix ans après les classes dominées paient tandis que les classes dominantes et le FN jubilent !

Les conséquences se nomment austérité, chômage, délocalisations, désindustrialisation, privatisations, services publics amputés, effectifs des fonctionnaires réduits, protection sociale démantelée, droit du travail et conditions de travail détériorées, lois sécuritaires…

Et TAFTA oblige, les Français n’en ont pas fini avec les réformes qui vont achever la destruction de l’Etat-nation, de l’égalité de traitement sur le territoire et de la République qui, à terme, risque de n’être plus  » une et indivisible ». Les réformes structurelles qui accompagnent ce démantèlement avancent très vite : santé, école, énergie, transport…

Sans oublier les ignominieuses ingérences militaires sous couvert de l’OTAN et des droits de l’homme qui favorisent le terrorisme et sèment un chaos qui ne se limitera pas au seul Moyen Orient …

Cette rencontre est pour nous l’occasion de célébrer cet anniversaire car n’est-ce pas la dynamique du NON de 2005 qu’il faudrait ranimer « pour ne plus laisser faire »?